Passer à la navigation Passer au contenu principal
Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg Vue de l'installation "Precarious Pavilion" de Hana Miletić, 21.05 – 18.09.2022 Mudam Luxembourg © Photo : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg
Hana Miletić

Présentation de la collection

Pour le Foyer, Hana Miletić (1982, Zagreb) a conçu un pavillon éphémère, installé pour sa première version dans l’espace public à Bruxelles, durant le festival Precarious Pavilion, en 2018. Pensé comme un espace intime au sein d’un lieu plus vaste, il est ouvert aux visiteurs et accueille durant l’exposition une programmation variée d’événements. Les dimensions de ce volume et son positionnement dans l’espace ont été pensés en contrepoint de l’escalier monumental. Sa conception privilégie la facilité d’assemblage d’une ossature tubulaire et la légèreté du tissu qui l’habille. Le motif en damier gris et blanc est quant à lui repris du calque servant de repère dans Photoshop, un logiciel permettant le traitement digital des photographies, ainsi que de la grille utilisée par les tisserands pour réaliser les motifs. Ce lien étroit entre la matérialité du tissage et la texture des clichés numériques est au coeur de la pratique de Hana Miletić. Photographe de formation, celle-ci s’est orientée vers la réalisation d’oeuvres textiles depuis 2015. Les parois du pavillon ont ainsi été exécutées grâce à un métier Jacquard semi-automatique, l’ancêtre du premier ordinateur. En ayant recours à un mode de tissage lâche et grâce à la souplesse des pans de tissu, l’artiste infléchit l’esthétique binaire et sérielle de la grille normative.

C’est également le moyen de production de Softwares (2019), l’une des deux œuvres – avec Materials (2020) – données au musée et qui ont été glissées par l’artiste dans le parcours des 25 ans de la Collection Mudam. À chaque fois, elle s’est appuyée sur sa documentation photographique, qui rassemble les divers dégâts et transformations observés dans l’espace public. Il s’agit ici des vitres d’une fenêtre endommagée de voiture et d’une porte, toutes deux consolidées à l’aide d’adhésif, dont elle n’a repris que la forme de la réparation bricolée. Sensible au contexte socio-économique dans lequel sont prélevées ces formes, elle porte également une grande attention à l’origine des matériaux et la façon dont ils sont transformés, privilégiant une approche éthique et écologique des sources d’approvisionnement. D’apparence souvent fragile, son travail est aussi la preuve d’un engagement en faveur de la notion du soin et de la réparation.

Hana Miletić est lauréate du Prix Baloise Group 2021. Créé en 1999, ce prix est décerné chaque année à deux jeunes artistes de la section « Statements » durant la foire de Bâle. Hana Miletić est la sixième artiste à rejoindre ainsi la Collection Mudam grâce au soutien du Baloise Group depuis que le musée est devenu partenaire du prix en 2015.

Mudam Summer Project 2022

Le pavillon éphémère conçu par l’artiste Hana Miletić (1982, Zagreb) pour le Foyer du musée, accueille cette année le Summer Project.

Installée pour sa première version en 2018 dans l’espace public à Bruxelles, durant le festival Precarious Pavilion, l’œuvre sera ainsi au Mudam un lieu de rencontres autour d’une série d’événements prenant place durant tout l’été. Photographe de formation, Hana Miletić produit des œuvres textiles depuis 2015. Pour ce pavillon de conception simple, les parois ont été tissées sur un métier Jacquard semi-automatique, l’un des ancêtres des ordinateurs actuels, en reprenant le motif de la grille utilisé tant dans le domaine du traitement numérique des images que celui du tissage. En forme de damier, il rappelle en effet à la fois la grille sur laquelle le motif du tissage est dessiné et le repère orthonormé utilisé en transparence dans le logiciel Photoshop.

Ses autres œuvres textiles, dont deux figurent dans la présentation actuelle Les 25 ans de la Collection Mudam, sont tout aussi complexes. Pour Miletić, le travail textile se comprend toujours à plusieurs niveaux. Elle lui reconnaît une connotation artisanale féminine, à partir de laquelle elle met en perspective des questions sur la communauté, le genre et la tradition. L’artiste y insuffle également une dimension métaphorique dans laquelle la notion de « care and repair » est centrale. Elle y voit une sorte de « soft activism » par lequel elle contribue, de façon directe, à établir des relations entre les gens.

Ainsi, Softwares (Precarious Pavilion) (2022), véritable espace dans l’espace, accueillera l’association luxembourgeoise Mamie et Moi pour des rencontres intergénérationnelles autour du tricot, permettant de partager connaissances et savoir-faire entre jeunes et moins jeunes dans une ambiance décontractée. Simultanément, se tiendront également des discussions dans le cadre du Café des Langues, en collaboration avec RYSE (Refugee Youth Support & Empowerment), qui agit en faveur des réfugiés. Une invitation ouverte à pratiquer des langues étrangères et gagner en compréhension mutuelle. Enfin, le pavillon sera le lieu de conférences en petit comité sur les questions de collection muséale dans le contexte de l’exposition Les 25 ans de la Collection Mudam. Toutes ces rencontres et ces échanges contribueront à approfondir et resserrer le tissu social dans et autour du musée.

Crédits

Lieu:
Foyer
Commissaire:
  • Marie-Noëlle Farcy

Prix Baloise Group 2021