Passer à la navigation Passer au contenu principal
Vue de l'exposition "Portrait of a Young Planet. Mudam Collection", 26.09.2020 – 21.03.2021, Mudam Luxembourg
Portrait of a Young Planet

Présentation de la collection

Cette présentation de la Collection Mudam s’inspire de l’exposition iconique The Family of Man (1955) conçue par Edward Steichen (1879, Bivange – 1973, West Redding). Celle-ci a été présentée une première fois au Museum of Modern Art à New York en 1955 puis dans plus de 150 musées à travers le monde entre 1955 et 1962. Elle est exposée de façon permanente, au château de Clervaux au Luxembourg depuis 1994.

Cette présentation de la collection et celle de l’œuvre Flugplatz Welt/World Airport (1999) de Thomas Hirschhorn (*1957, Berne) dans la galerie Ouest font partie d’un projet plus large qui comprend une plateforme digitale spécialement créée, Me, Family. Portrait of a Young Planet. Le commissaire Francesco Bonami, assisté par Emanuela Mazzonis di Pralafera, a conçu ce projet autour de la question de la représentation de l’humanité au début du 21e siècle. Portrait of a Young Planet rassemble ainsi une sélection d’œuvres de la Collection Mudam, qui interrogent la condition humaine et la façon dont l’individu s’affirme à travers diverses communautés. L’Homme est un animal social qui, indépendamment de son sexe, de son origine ou de son milieu, interagit avec les autres. Il est ainsi, par nature, poussé à partager ses expériences, ses sentiments, ses habitudes et sa vie. Aujourd’hui, la circulation d’un flux important d’informations, d’images ou d’idées fait partie de notre quotidien, et nous sommes partie prenante de ce monde aux multiples facettes et connecté. Cette complexité transparaît dans l’œuvre d’Hassan Khan (*1975, Londres) The Hidden Location (2004) qui dépeint les mutations et les nombreuses facettes d’une ville multiculturelle comme celle du Caire, ou encore 22 Portraits (2000-2018) de Wolfgang Tillmans (*1968, Reimscheid) qui, à travers les photographies individuelles de proches, d’amis ou d’inconnus, dresse un portrait plus large de notre société. Les 70 entretiens menés par Cristina Lucas (*1973, Jaén) pour sa vidéo Philosophical Capitalism (2014-2016), autour de l’interprétation de notions philosophiques et existentielles, en constituent un autre exemple frappant. Les œuvres réunies dans cette présentation abordent la notion de condition humaine à travers la diversité des circonstances sociales, historiques ou personnelles en posant des questions telles que : quel est le rôle de l’homme dans la société mondialisée du 21e siècle ? Comment faire face au déluge d’images et d’informations engendré par les médias actuels ? L’individu tend-il à faire partie d’un collectif ou est-il plus enclin à vivre dans une forme de retrait ?