Passer à la navigation Passer au contenu principal
Vue de l'exposition "Cabrita / Cerith Wyn Evans. The Mudam Collection and Pinault Collection in Dialogue", Mudam Luxembourg, 12.12.2020 – 05.04.2021
Cabrita / Cerith Wyn Evans

The Mudam Collection and Pinault Collection in Dialogue

Ce dialogue entre deux œuvres majeures – une installation au sol de Cabrita (*1956, Lisbonne) de la Collection Mudam et une sculpture suspendue de Cerith Wyn Evans (*1958, Llanelli) de la Pinault Collection – constitue le deuxième volet d’une collaboration entamée en 2019 avec la présentation des oeuvres de Danh Vo. La conversation se poursuit autour de la lumière et de la façon dont celle-ci devient matière et signe à part entière dans la pratique de ces deux artistes.

Le tube fluorescent est l’un des éléments récurrents du vocabulaire formel de Cabrita, qui utilise des matériaux récupérés à partir desquels il recompose de nouveaux ensembles où surgit la trace d’un souvenir. Son œuvre sculpturale À propos des lieux d’origine #1 (2005) est un assemblage de matériaux de construction bruts – acier et briques – et de néons reliés par des câbles sinueux. L’installation, dont la configuration rectiligne à la fois ouverte et fermée suit les murs de son tout premier lieu de présentation, s’inscrit dans l’espace et révèle une série de tensions : à la fonctionnalité de l’endroit s’oppose le pouvoir évocateur de l’installation, à la cohérence de l’architecture construite répond l’assemblage d’éléments hétéroclites. Au sein de cet ensemble, la blancheur froide des tubes fluorescents devient matière et trace des lignes de lumière à la manière d’un dessin dans l’espace.

L’œuvre We are in Yucatan and every unpredicted thing (Nous sommes au Yucatan et toute chose imprévue, 2012/2014) de Cerith Wyn Evans est quant à elle, par les accents poétiques de son titre, une invitation à l’ailleurs. Elle mêle ainsi l’évocation d’une contrée mexicaine lointaine au raffinement du savoir-faire artisanal italien. La sculpture consiste en un chandelier délicatement ouvragé, produit pour l’occasion par l’atelier de verrerie Galliano Ferro à Murano. Son intensité lumineuse varie subtilement au rythme d’une programmation sonore composée par l’artiste à partir de bruits de machines et de pépiements d’oiseaux divers. Son travail se caractérise par l’attention portée aux mécanismes des langages, qu’ils soient verbaux ou non. S’attachant au trouble diffus induit par la discrète transcription lumineuse d’un langage sonore abstrait, Wyn Evans – tout comme Cabrita – agit sur l’espace et en modifie sensiblement la perception.

Crédits