Passer à la navigation Passer au contenu principal
View of the exhibition ‘A Model: Prelude − Rayyane Tabet. Trilogy’, 01.12.2023 – 12.05.2024, Mudam Luxembourg © Photo: Rémi Villaggi – Metz | Mudam Luxembourg
Rayyane Tabet. Trilogy

A Model: Prelude

En prélude à l’exposition A Model, Rayyane Tabet (1983, Achkout, Liban) a reçu une carte blanche pour développer un projet spécifique pour le Henry J. and Erna D. Leir Pavilion. Architecte de formation, Rayyane Tabet accorde une grande importance au lieu dans lequel s’inscrivent ses projets. Ses installations tiennent compte de la trame historique de l’architecture de l’espace d’exposition et en révèle la singularité, ainsi que ses contradictions.

L’artiste base son travail sur l’analyse de contextes socio-culturels. Son œuvre conjugue mémoire historique et subjectivité pour offrir une lecture alternative au récit officiel qui entoure son objet d’étude. Pour le pavillon, l’artiste a imaginé Trilogy, une installation qui s’articule autour de moments clés de l’histoire contemporaine et du Luxembourg, en dialogue avec ses propres souvenirs.

Son installation comprend un ensemble phare de la Collection Mudam, Sanatorium Paimio (mobilier d’une chambre), conçu par l’architecte Alvar Aalto entre 1930 et 1933. Emblématique des recherches fonctionnalistes et de la pensée humaniste de l’architecte, ce mobilier a été conçu de sorte à contribuer au bien-être, voire au rétablissement des pensionnaires.

Les vitres de la passerelle menant au pavillon sont quant à elles habillées de rideaux translucides, installés par les grands-parents de l’artiste dans leur appartement à Beyrouth dans les années 1950. En introduisant cet élément personnel, Rayyane Tabet souligne le style architectural de Ieoh Ming Pei, caractérisé par de grandes surfaces vitrées, symbole d’ouverture vers l’extérieur et d’un temps de progrès et de prospérité. Au contraire, la verrière du pavillon est, elle, entièrement recouverte d’un film bleu évoquant une stratégie de camouflage utilisée par la population civile de Beyrouth durant la guerre des Six Jours en 1967. En rendant invisible l’intérieur du Mudam, Rayyane Tabet fige le mobilier de Aalto dans un crépuscule sans fin.

Enfin, l’artiste fait référence à l’explosion survenue le 4 août 2020 à Beyrouth en présentant dans l’espace inférieur du pavillon un ensemble de carafes produites à partir des fragments de verre récupérés sur place, telle une façon d’envisager une forme de réparation symbolique.

L’artiste
Rayyane Tabet (1983, Achkout, Liban) a présenté des expositions individuelles au Walker Art Center à Minneapolis (2021), à la Sharjah Art Foundation (2021), au Storefront for Art and Architecture à New York (2020), à la Parasol Unit Foundation of Contemporary Art à Londres (2019), au Metropolitan Museum of Art à New York (2019), au Musée du Louvre à Paris (2019), au Carré d’Art – Musée d’Art Contemporain à Nîmes (2018) et à la Kunstverein in Hambourg (2017). Il a participé à de nombreuses expositions collectives internationales, telles que In the Heart of Another Country: The Diasporic Imagination Rises à la Sharjah Art Foundation à Sharjah, UAE (2023), Machinations au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid en Espagne, la Biennale du Whitney (2022), la 7e Triennale de Yokohama (2020), la 2e Biennale de Lahore (2020), la 21e Biennale de Sydney (2018), Manifesta 12 (2018), la 15e Biennale d’Istanbul (2017), la 32e Biennale de Sao Paulo (2016) et les 10e et 12e Biennales de Sharjah (2011, 2015). Rayyane Tabet vit et travaille entre

Beyrouth et San Francisco.

Crédits

Lieu:
Mudam Pavillon Henry J. et Erna D. Leir
Miniguides:
  • Téléchargez le livret de l'exposition et apprenez-en plus
    >EN< >FR< >DE<

Commissaires:
  • Bettina Steinbrügge, avec Sarah Beaumont, Clément Minighetti et Joel Valabrega

Avec le soutien de:
  • Banque Degroof Petercam Luxembourg