Passer à la navigation Passer au contenu principal
Colonialism in camouflage

The Radio Disaster Series – Listening session

Le Mudam présente The Radio Disaster Series : Colonialism in camouflage, une série de conférences, de débats et d’événements conçue par le collectif Beyond the post-soviet et le Mudam. Cette deuxième édition de The Radio Disaster Series sera consacrée à la pensée décoloniale et à son utilisation possible, tant pour donner une traduction critique des dissimulations de la pensée et des pratiques impérialistes et colonialistes en Europe et dans les territoires post-coloniaux que pour forger des instruments de résistance.

Chapitre I

Violence impériale et occupation dans les territoires (post)soviétiques et au-delà

Commandé par le Mudam et conçu par Beyond the post-soviet, le premier chapitre répond à l’impérieuse nécessité non seulement de reconnaître qu’une violence impériale continue de s’exercer en Europe centrale et orientale, dans les États baltes, dans le Caucase, en Asie centrale et au-delà, mais aussi d’en appréhender les conséquences sur nos sociétés, telles notamment que peuvent les exprimer les arts visuels. À partir de novembre 2022, Colonialism in camouflage se déploiera dans une suite d’événements en présentiel et en ligne : une conférence inaugurale donnée par Epp Annus, une séance d’écoute, la lecture attentive d’une œuvre des collections du Mudam et des ateliers pour les adultes comme pour le jeune public.

Ce programme reprend le titre d’un ouvrage d’Epp Annus, écrivaine, enseignante et chercheuse en littérature, Soviet Postcolonial Studies: A View from the Western Borderlands (« Études postcoloniales soviétiques : perspective depuis les marges occidentales », non traduit, 2018). L’autrice y utilise l’expression « colonialism in camouflage » [le colonialisme camouflé] pour mettre au jour les différentes stratégies de la domination soviétique qu’elle analyse comme des formes camouflées de colonialisme. Ces stratégies, appliquées dans maints contextes, consistent en occupations territoriales, déportations, génocides, famines créées par l’homme, répression des cultures et des imaginaires locaux et dégradation délibérée de la mémoire culturelle. Le titre de ce chapitre rappelle aussi la longue histoire de violence militaire qui marque ces géographies, dont la récente offensive de l’armée russe en Ukraine ne constitue pas un moment isolé, mais bel et bien le produit d’une conception et d’une stratégie impériales-coloniales.

Le deuxième chapitre, qui débutera en janvier 2023, développera ces thèmes et se concentrera sur les conséquences durables du colonialisme Européen. Conçue par le Mudam, cette partie sera organisée par Line Ajan, Clémentine Proby et Joel Valabrega.

En réponse aux questions soulevées par la permanence de cette situation, le programme cherche à construire avec les participants un espace qui forme un abri, où les apports théoriques et artistiques, les discussions et les débats s’ouvriront aux histoires et aux mémoires individuelles et collectives, comme sources précieuses du savoir. Ces moments d’apprentissage ont aussi l’ambition de conduire à un désapprentissage des idées impérialistes et des points de vue qui se sont enkystés dans les sociétés occidentales.

Séance d’écoute

Comment être anticolonial·e ? | 04.12.22 | 14h00

Le colonialisme et la colonialité ne sont pas des reliques du passé : ces deux phénomènes continuent d’influencer et de façonner toutes les dimensions de nos vies sur terre jusqu’à aujourd’hui. Si nous partons du principe que le colonialisme opère souvent en se camouflant, comment peut-on l’identifier et quelles sont les stratégies anticoloniales à adopter ? Comment inverser la logique du camouflage en rendant visibles les effets et les traces du colonialisme ? Comment peut-on être anticolonial·e, et quelle est la responsabilité des institutions et des acteurs·rices cuturel·le·s dans cette lutte ? Et enfin, comment imaginer nos futurs communs : qu’est-ce qui vient après l’Empire, et après le « post-soviétique » ? Pour réfléchir à ces sujets, Beyond the post-soviet invite le curateur et penseur Vasyl Cherepanyn (Kiev), l’artiste Lia Dostlieva (Maastricht), l’artiste et curatrice Tatiana Fiodorova (Chisinau), et la philosophe Renata Salecl (Ljubljana), ainsi que l’équipe et le public du Mudam à former un collectif spontané. Les contributions des participant·e·s, témoignant d’une multitude de perspectives, seront suivies d’une discussion de groupe et d’une session de questions-réponses. En parallèle, la présentation de l’œuvre This Here and That There (Berlin video) (2009) de Vlatka Horvat, issue de la collection du Mudam, offrira un éclairage artistique sur le sujet des dynamiques de pouvoir produites par l’espace, ainsi que des manières de déstabiliser les hiérarchies et récits établis en déconstruisant l’ordre spatial.

Conférence inaugurale

Colonialism in camouflage and the subaltern who speaks: politics and resistance under Russian rule par Epp Annus | 06.11.22 | 15h00

Le colonialisme, sous ses innombrables formes, est un phénomène mondial, qui a façonné – et continue de façonner – les politiques et les pratiques, non seulement en Asie, en Afrique et dans les Amériques, mais aussi sur le continent eurasiatique. Ces héritages coloniaux, ces injustices profondément ancrées, déterminent encore les modes de vie humains et non humains sur notre planète. Cette conférence abordera l’histoire et l’héritage de l’Empire russe et de l’Union soviétique d’un point de vue postcolonial, en s’appuyant sur des exemples allant des pays Baltes à l’Ukraine. Elle sera suivie d’une discussion entre Epp Annus, le collectif Beyond the post-soviet et le public.

Beyond the post-soviet
Ce collectif non hiérarchique est créé en 2021, dans le but de produire et de diffuser des savoirs se rapportant aux zones géographiques et culturelles auparavant assimilées à l’« espace postsoviétique » ou aux pays « postsocialistes ». Le groupe aborde la recherche au prisme des affects et recourt à différents types de savoirs : savoir théorique, œuvres d’art et de fiction, histoires individuelles et collectives, souvenirs et émotions. Il rassemble artistes, chercheurs et chercheuses, intellectuels, curatrices et curateurs travaillant dans des contextes variés.