Passer à la navigation Passer au contenu principal

Regards Croisés – Carole Schmit and Milica Topalovic on Leonor Antunes

Quand
à partir de
Langue

Anglais

Tarif

8€ (accès aux expositions inclus)

Places limitées

Sous réserve de modification ou d’annulation

Sur inscription

mudam.com/adultbooking
t +352 453785–531

Streaming en ligne gratuit

mudam.com/regards-croises-live-stream

COVID-19

Port du masque obligatoire.
La distanciation physique doit être respectée.

Regards Croisés – Un cycle de rencontres dans les salles d’exposition, devant les œuvres
Mudam Publics invite des personnes issues de domaines très variés à porter un regard personnel sur les différentes expositions du Mudam.

Carole Schmit et Milica Topalovic
Sur l’œuvre de Leonor Antunes

C’est lors de leurs études de troisième cycle que ces deux architectes se sont rencontrées il y a 20 ans à Amsterdam. Carole Schmit (Luxembourg) et Milica Topalovic (Zurich) proposeront, le 17 février 2021 à 19h00, une interprétation de l'œuvre de Leonor Antunes. Elles croiseront et partageront leurs impressions de recherche à partir de leur propre corpus de références. Il s'agira d'une conversation virtuelle en temps réel basée sur le principe d'opérations aléatoires contrôlées, abordant des questions, entre autres, autour de détails architecturaux présents dans leurs propres créations et des réflexions sur les différentes figures qui ont influencé leurs pratiques respectives.

La représentation sera diffusée en direct. Le public aura également la possibilité d’y assister physiquement au Mudam, soit dans l’Auditorium pour profiter de la performance sur grand écran et en audio numérique, soit en visitant l’exposition de Leonor Antunes présentée dans le pavillon. L’espace d’exposition sera filmé en temps réel via Zoom pendant la conversation entre les deux architectes. Lors de cet événement, qui durera entre quarante-cinq et soixante minutes, Dora Thiry, une jeune danseuse luxembourgeoise, se produira dans l’espace d'exposition.

Carole Schmit est professeure invitée d'architecture à l'Université du Luxembourg et travaille en parallèle pour l'administration des travaux publics. Depuis une quinzaine d'années avec son bureau Polaris, elle développe à travers ses projets de design et de recherche une syntaxe architecturale nourrie des cultures urbaines, de l'art conceptuel et des études anthropologiques. Au fil du temps, son souci écologique et économique en matière de conception architecturale est venu complexifier son travail en y ajoutant de nouvelles strates. Avec son partenaire François Thiry, elle a développé des idées telles que The Threatened City, une projection dystopique due aux conséquences du changement climatique sur les villes européennes ou encore The Ordos Effect, un phénomène narratif fondé sur des dispositifs de communication bien plus puissants que le précédent effet Bilbao. Son travail de design est apparu dans les pages de plusieurs magazines tels que le Wall Street Journal (New York), le New York Times (New York), Paisea (Valence, Espagne), Mark (Pays-Bas), Contemporary (Londres), Technique et architecture (Paris), Arch+ (Suisse), A10 (Allemagne), A+ (Bruxelles), Abitare (Milan), Arhitectura (Bucarest), DDO (Lille) et différents médias de la région Asie-Pacifique. Elle a elle-même publié des articles sur l'art, l'architecture et l'urbanisme dans divers médias internationaux et locaux. Elle a contribué aux éditions de Mutations avec le projet USE – Uncertain States of Europe avec Multiplicity publié par Actar (Barcelone) en 2000, ou Unseen I slipped away avec Maurice Nio publié par 010 (Rotterdam) en 2003, ou encore Our House avec François Thiry publié par Maison Moderne (Luxembourg) en 2014.

Milica Topalovic est professeure associée d'architecture et d'aménagement du territoire au département d'architecture de l'ETH Zurich. Elle s'intéresse aux territoires situés au-delà des limites de la ville et aux processus de transformation accélérés auxquels ils sont exposés, à travers la circulation des capitaux, la restructuration sociale et le changement environnemental. Elle a effectué une série d'études territoriales sur des zones géographiques du monde entier, dans des régions isolées, des arrière-pays riches en ressources et des campagnes, dans le but de décentrer et d'« écologiser » la démarche des architectes en matière de ville, d'urbanisme et d'urbanisation. De 2011 à 2015, elle a été chargée d’une chaire de recherche au laboratoire Future Cities de l'ETH à Singapour, où elle a étudié la relation entre une ville et son arrière-pays. En 2006, elle a rejoint l'ETH en tant que directrice de recherche au Studio Basel Contemporary City Institute, où elle a enseigné des ateliers de recherche sur les villes et sur des territoires tels que Hong Kong et la vallée du Nil. Topalovic a obtenu son diplôme avec mention à la faculté d'architecture de Belgrade et a reçu un master de la Berlage Institute au Pays-Bas pour sa thèse sur la transformation urbaine postsocialiste de Belgrade. Depuis 2000, elle a travaillé sur des projets à différentes échelles spatiales dans une variété de médiums visuels. Ses travaux ont été publiés dans plusieurs revues internationales, notamment Harvard Design Magazine, New Geographies et Architectural Design, ainsi qu’au sein de diverses anthologies. Elle a co-écrit (avec Roger Diener et al.) The Inevitable Specificity of Cities (Zurich 2015) et (avec Uta Hassler) Constructed Land. Singapour 1924-2012 (Zurich 2014). Son livre Hinterland: Singapore Beyond the Border est à paraître.

Vue de l'exposition "Leonor Antunes. joints, voids and gaps", 10.10.2020 – 05.04.2021, Mudam Luxembourg
© Photo : Nick Ash | Mudam Luxembourg