Passer à la navigation Passer au contenu principal

Voyage & frontière : Théorie et pratique de l’écriture créative

Quand
à partir de
Mudam Studio
Masterclass avec

Jean Portante (poète, romancier, essayiste, dramaturge, traducteur)

Âge

Tout public à partir de 17 ans

Langues

FR
(possibilité d’écrire en LU/EN/DE/IT/FR)

Tarif

50€/participant
Gratuit pour étudiants

Places limitées

Port du masque obligatoire

Chaque poète est en principe un autodidacte. Cela ne signifie pas que l’écriture, comme toute chose, ne puisse pas s’apprendre. Elle a ses techniques qui, si jamais elles ne remplacent ni le désir ou la nécessité de s’exprimer, ni l’imagination, ni la liberté de création, ni un éventuel don, permettent d’entrer dans la profondeur des mots et des liens cachés qu’ils entretiennent entre eux.

Cette Masterclass aura pour objectif de créer, le regard rivé sur les arts visuels (et, parfois sonores) les conditions du jaillissement de l’inédit. D’entrer dans les mots pour leur faire dire ce qu’ils veulent taire. D’élaborer un dictionnaire de l’intime, propre à chacun, permettant des tissages originaux qui mèneront au texte. N’oublions pas, au passage, que texte et tissage signifient, si l’on revient à la source latine, exactement la même chose. Le texte est un tissu de mots.

L’écriture, on le sait, a tissé des liens vers la musique qui, au départ, n’était pas séparée d’elle, troubadours et trouvères sont là pour nous le rappeler. Vers les arts visuels également, le poème a su jeter ses ponts. En France, le premier grand texte, ouvrant la poésie du XXe siècle, est une collaboration avant-gardiste, une simultanéité, entre un poète, Blaise Cendrars, et une plasticienne, Sonia Delaunay : La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, créée en 1913, année cruciale pour les avant-gardes, avant la barbarie de la guerre imminente. Toutes les grandes figures de la peinture et de la poésie, de Picasso à Apollinaire, de Chagall à Max Jacob, leur ont emboité le pas. C’est, entre autres, la naissance du livre objet.

Pour tisser, il faut plusieurs fils qui, entremêlés, font naître le tissu / texte. C’est là qu’entrent en jeu les techniques d’écriture puisées dans les bagages des avant-gardes européennes et mondiales qui, à l’aube du XXe siècle, ont fait faire des bonds à l’écriture. La masterclass puisera dans les apports de Lautréamont, du dadaïsme de Tristan Tzara et de Hugo Ball, du ready-made de Marcel Duchamp, du futurisme de Marinetti et de Carlo Carrà, du surréalisme de Breton et Dalí, des expérimentations de Kurt Schwitters et de John Cage, des Oulipiens qui, avec Queneau et Pérec, ont ouvert la littérature aux mathématiques et leurs contraintes, à l’écriture ludique et ses étonnantes possibilités, de Fluxus aussi, du mouvement CoBrA, des Novissimi italiens, etc. La poésie sonore et visuelle ne sera jamais loin, avec ses happenings et ses performances touchant à l’installation.

Le texte restera au centre de la Masterclass. Chaque participant sera ainsi conduit à en créer un certain nombre qui donneront lieu à un happening-performance public, et seront réunis, afin que ne se perdent pas les traces, dans un support virtuel ou réel (vidéo, petit livre, etc.)

Jean Portante
© Photo : Mudam Luxembourg