Passer à la navigation Passer au contenu principal

Amis des Musées | Midi de l’art

Quand
à partir de
Réservé aux

Amis des Musées

Langue

Français

Visite guidée de l’exposition de Tarek Atoui, Waters' Witness, avec Sarah Beaumont.

L’œuvre de Tarek Atoui (1980, Beyrouth) se situe au croisement des arts visuels et sonores. L’artiste est connu pour des installations et performances qui privilégient une approche sensorielle de l’espace au moyen de sons et d’objets, résultant de recherches où s’entremêlent histoire, anthropologie, ethnologie et musicologie. Considérant le son comme un catalyseur d’interactions humaines, il collabore régulièrement avec d’autres musiciens ainsi qu’avec des chercheurs et des fabricants d’instruments de musique.

L’exposition Waters’ Witness qui se déploie dans le Grand Hall et le Park Dräi Eechelen prend comme point de départ le projet en cours I/E initié par l’artiste en 2015. Fruit de recherches menées en collaboration avec les musiciens et compositeurs Chris Watson et Eric La Casa, il documente, au moyen d’enregistrements sonores, les réalités humaines, écologiques, historiques et industrielles de villes côtières telles Athènes, Abu Dhabi, Singapour, Beyrouth et Porto, dont l’histoire a été fortement marquée par l’activité portuaire. Travaillant sous l’eau ou à proximité, l’artiste utilise différentes techniques d’enregistrement pour capturer les sons de la mer, des docks et de matériaux tels que le métal, la pierre ou le bois.

Avec Waters’ Witness, Tarek Atoui compose un paysage sonore qui relie des réalités géographiquement et symboliquement distinctes. Il crée ainsi un espace et une temporalité spécifique qui favorisent de nouvelles rencontres, de nouveaux échanges et, par-dessus tout, de nouvelles connexions immatérielles, à l’image d’une ville portuaire qui, par définition, est au croisement de plusieurs influences et un indicateur précieux quant à la croissance et l’évolution d’une ville.

Khalifa Port © Tarek Atoui. Photo: Alexandre Guirkinger
Khalifa Port
© Tarek Atoui. Photo: Alexandre Guirkinger