Skip to navigation Skip to main content
Robert Morris, "Untitled (Portland Mirrors)", 1977. Installation at the Portland Center for the Visual Arts, Oregon, March 1977 | Courtesy Castelli Gallery, New York
Robert Morris

The Perceiving Body

Mudam Luxembourg accueille une importante exposition monographique qui propose une nouvelle lecture des premières œuvres de Robert Morris (né en 1931 à Kansas City, mort en 2018 à Kingston, New York). Figure majeure de la scène artistique d’après-guerre, Morris est l’un des principaux protagonistes de l’art minimal, post-minimal et conceptuel. Initiée en dialogue avec l’artiste avant son décès en 2018, The Perceiving Body réunit des œuvres majeures des années soixante et soixante-dix, provenant en partie de grandes collections publiques et de la succession de l’artiste.

Occupant le Grand Hall, le rez-de-chaussée, et les deux galeries de l’étage, The Perceiving Body s’intéresse aux expérimentations formelles développées par l’artiste autour des processus d’élaboration d’une forme et la notion de perception. Datées de 1961 à 1977, la plupart des œuvres exposées sont associées à l’art minimal et post-minimal, tendances que Morris a également abordées – et contribué à définir – dans ses nombreux écrits théoriques de l’époque. Le travail de Morris est fondé sur l’importance de la rencontre directe avec l’objet sculptural. L’exposition, à l’opposé d’une rétrospective ou d’une anthologie, est conçue comme une constellation de différents espaces. Investis par une œuvre ou un ensemble d’œuvres, ces espaces mettent en valeur différents aspects de l’œuvre de Robert Morris à cette période. Morris a lui-même qualifié sa pratique comme une série d’« enquêtes » (investigations). Résultant d’un processus de travail basé sur la permutation, la répétition et le hasard, les œuvres montrées ici témoignent à la fois d’une précision analytique et d’un fort potentiel affectif.

L’exposition rassemble des pièces emblématiques telles que L-Beams (1965), Mirrored Cubes (1965) et Ring with Light (1965-1966), ainsi que plusieurs sculptures en feutre industriel. Seront également exposées deux grandes installations occupant chacune une salle entière : Scatter Piece (1968-1969), une œuvre « sans état idéal ni original », est constituée de 200 éléments réalisés en six métaux (acier, aluminium, zinc, cuivre, plomb, laiton) et en feutre industriel et installés selon un processus aléatoire directement inspiré par le compositeur John Cage (1912-1992). Leur arrangement n’est pas prédéterminé ni fixe, mais change en fonction des choix de celui ou celle qui les installe. L’installation Portland Mirrors (1977), un agencement de miroirs et de poutres qui crée l’illusion d’un espace imaginaire, prendra quant à elle place dans le Grand Hall du Mudam.

L’exposition Robert Morris. The Perceiving Body bénéficie de prêts majeurs, notamment de l’Art Institute of Chicago et de la Tate Modern à Londres. Elle est organisée en collaboration avec le MAMC+ Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole, où elle sera présentée de juin à septembre 2020.

Biographique de l’artiste
Robert Morris (né en 1931 à Kansas City, Missouri, mort en 2018 à Kingston, New York) est une figure majeure de l’histoire de l’art minimal, post-minimal et conceptuel. Il était également un critique éminent qui a contribué de manière importante au discours théorique sur l’art après 1960. Sa première exposition à la Green Gallery en 1963 marque l’émergence du minimalisme, un mouvement porté à la connaissance du public lors de l’exposition de groupe Primary Structures au Jewish Museum à New York en 1966, où les œuvres de Morris sont montrées au côté de sculptures de Carl Andre, Dan Flavin, Donald Judd et Sol LeWitt, entre autres. Morris a également contribué au développement du land art, du process art, de la performance et du film d’avant-garde. Ses œuvres ont récemment fait l’objet de grandes expositions monographiques à l’Institut Valencià d’Art Modern (2011), au Musée Abteiberg à Mönchengladbach (2009), à la Tate Modern à Londres (2009), au Museum of Modern Art à New York (2008), au Museum Ludwig à Cologne (2002) et au Musée d’art contemporain de Lyon (2000).

Biographie du commissaire
Jeffrey Weiss est commissaire d’exposition et critique indépendant. Il a été conservateur en chef au Solomon R. Guggenheim Museum à New York (2010-2018), directeur de la Dia Art Foundation à New York (2007-2008) et conservateur et chef du Département d’art moderne et contemporain de la National Gallery of Art à Washington, D.C. (2000-2007). Il est actuellement professeur adjoint à l’Institute of Fine Arts de l’Université de New York, poste qu’il occupe depuis 2008. Il a été le commissaire de grandes expositions sur On Kawara, Mark Rothko, Pablo Picasso, Jasper Johns ou encore Robert Morris. Contributeur fréquent à Artforum, il a publié plusieurs livres, dont Robert Morris: Object Sculpture, 1960–1965 (2014). Il vit et travaille à New York.

Credits

Curator:
  • Jeffrey Weiss
    The exhibition is coordinated by Clément Minighetti, assisted by Sarah Beaumont